JUSTIN DE MARSEILLE de Maurice Tourneur : la critique du film [Blu-ray]
Sortie Blu-ray

Partagez cet article

justin-de-marseille-blu-rayMondo-mètre
note 4 -5
Carte d’identité :
Nom : Justin de Marseille
Père : Maurice Tourneur
Date de naissance : 1935
Majorité : 1er juin 2016
Type : Sortie Blu-ray
(Editeur : Pathé)
Nationalité : France
Taille : 1h45 / Poids : NC
Genre : film de gangsters

Livret de famille : Antonin Berval, Pierre Larquey, Alexandre Rignault, André Bervil…

Signes particuliers : Un remarquable classique du cinéma français à (re)découvrir en haute définition !

MARSEILLE, ENTRE DOUCEUR DE VIVRE ET VIOLENCE

LA CRITIQUE

Résumé : Justin est un bandit au grand cœur : il protège les faibles et cela lui vaut d’être respecte et apprécié par une grande majorité de personnes du milieu. La seule ombre au tableau de Justin est Esposito, sombre personnage à la tête d’une bande de dangereux criminels.Justin-de-MarseilleL’INTRO :

La carrière de l’immense Maurice Tourneur s’est écrite à cheval sur deux continents. En France d’abord, où il fera ses débuts en tournant de nombreuses fictions entre 1912 et 1914. Aux Etats-Unis ensuite, où il s’imposera comme l’un des plus grands artisans de l’ère du muet. Avec l’avènement du cinéma parlant, Maurice Tourneur reviendra dans l’hexagone pour ce que l’on aura coutume d’appeler « sa seconde période française ». C’est dans cette période, et en profitant de ce qu’il a pu voir et continue de voir chez ses amis américains, qu’il signera Justin de Marseille en 1935. Une œuvre hors norme, étonnante, transgenre, animée par des figures du cinéma français de l’époque telles que Antonin Berval, Pierre Larquey, Alexandre Rignault et d’autres. Justin de Marseille, ou comme si un très vieil ancêtre de French Connection rencontrait Marcel Pagnol ! Un classique à redécouvrir sans plus attendre en haute définition, après un gros travail de restauration opéré par Pathé, qui continue d’exhumer et de mettre en valeur son catalogue patrimonial.justin-de-marseille_180108_34808L’AVIS :

Justin de Marseille est une œuvre hybride, qui doit une grande partie de sa qualité à l’incroyable équilibre des nombreux genres qu’il traverse. On ne sait trop avec quel tour de génie, Maurice Tourneur et son scénariste Carlo Rim, réussissent à mélanger la comédie populaire sudiste, le thriller palpitant, le polar inspiré des films de gangsters américains du début des années 30, et la romance savoureuse. Tout cela cohabite au sein d’une œuvre fabuleuse et étourdissante de modernité pour son époque. Tout commence comme une pure comédie pas loin du vaudeville jouant la carte de l’opposition Nord/Sud. C’est bien simple, en voyant l’entame de Justin de Marseille, on se croirait presque du côté de Tartarin de Tarascon, les deux partageant presque des répliques similaires dabs l’esprit. « La vue de Marseille est tellement belle, que de loin, on dirait un mensonge. Comme une belle poule, une fois qu’on l’a vu, on l’a dans la peau. Mais vous autres journalistes, vous venez y chercher la violence et la mort alors que derrière… » C’est comme ça que commence Justin de Marseille, comme une déclaration d’amour passionnée au vrai Marseille, à la beauté de la citée phocéenne si décriée et pourtant, si vivante, chaleureuse et aimante. Mais c’est alors que l’on sourit sans résistance devant ce qui a tout l’air d’une gentille farce méridionale, que Tourneur vire de bord. Une fusillade entre gangsters sur le vieux port et nous voilà désormais plongé dans une guerre de bandes sur fond de trafic de drogue, avec au centre, le fameux Justin, gentil brigand au cœur noble et pourtant, impitoyable quand le business est secoué par la pègre étrangère et que son Marseille chéri vacille.justin-de-marseille-restaurationJustin de Marseille entend montrer tous les visages de la capitale provençale. La chaleur de ses habitants, la douceur de vivre, mais aussi la face plus sombre, plaque tournante du gangstérisme français. Maurice Tourneur confectionne son portrait autour d’un authentique thriller important Scarface de Hawks sur les bords de la Méditerranée. La nuance, c’est que son anti-héros prend des allures de légendes locales, de bandit redresseur de torts, respectueux de l’honneur et des conventions. Toujours entre le folklorique amusé et le réalisme nerveux, entre le rire gouailleur et le sérieux du genre, Justin de Marseille est une œuvre inventive, en plus d’être formellement très riche. Du grand Maurice Tourneur et pour l’anecdote, la première apparition (audio) de Tino Rossi au cinéma. justin-de-marseille-blu-ray

LE BLU-RAY DU FILM

Un carton d’introduction le précise d’emblée, malgré le travail de restauration passionné effectué d’après un master d’origine par l’éditeur Pathé, certains plans de Justin de Marseille n’ont pu être restitués de façon optimale. Mais qu’importe, on oublie bien vite ce détail tant la galette haute définition affiche une tenue exceptionnelle, au point de faire oublier que le film de Tourneur a fêté ses 80 ans l’an passé. L’image est sidérante de beauté, rendant notamment hommage à la superbe photographie toute en nuances de Georges Benoît et René Colas éclairant les décors du très grand Alexandre Trauner (en collaboration avec Lazare Meerson). Rien à redire non plus côté son, avec une évidente amélioration de l’audibilité des pistes abîmées par le temps. Du côté des suppléments, Justin de Marseille a pu compter sur la participation de rien de moins que Bertrand Tavernier, qui vient apporter son regard sur l’œuvre et sa cinéphilie. Trois modules reviennent ainsi sur la carrière de Maurice Tourneur (environ 30 minutes), sur Justin de Marseille plus précisément (environ 15 minutes). le tout est ponctué d’une discussion entre Tavernier et le journaliste Philippe Meyer. de quoi tout savoir sur Justin de Marseille !

Par Nicolas Rieux

AVEZ-VOUS VU ? :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.