Star Wars, Les Derniers Jedi : Entretien avec le réalisateur Rian Johnson
Interview

Partagez cet article

A l’occasion de son passage à Paris pour la promotion de Star Wars Episode VIII, Les Derniers Jedi, nous avons pu rencontrer le réalisateur Rian Johnson, qui a répondu à quelques questions posées par un panel de blogueurs.

Synopsis : Les héros du Réveil de la force rejoignent les figures légendaires de la galaxie dans une aventure épique qui révèle des secrets ancestraux sur la Force et entraîne de surprenantes révélations sur le passé… 

LE 13 DÉCEMBRE AU CINÉMA

 

Quelle est la première chose qui vous est passée par l’esprit le premier jour du tournage ?

Rian Johnson : Au tout début, je me suis dit « Oh mon dieu, qu’est-ce qu’on est en train de faire là ! » je voyais C3PO à travers l’objectif, on était sur le décor du faucon Millenium. Le premier jour m’a vachement marqué.

Est-ce que vous avez eu une totale liberté ou on vous a imposé une ligne directrice pour le scénario ?

Rian Johnson : On a eu une totale liberté. J’ai même eu la chance de pouvoir lire le scénario du Réveil de la Force et j’ai pu suivre un peu le tournage. Après, c’était à moi de comprendre l’histoire pour trouver des solutions sur ce qu’il allait se passer après. C’était finalement le même processus que pour mes autres films.

Il paraît que vous avez même demandé à J.J. Abrams de changer sa fin du Réveil de la Force !

Rian Johnson : Oui, un petit détail. Juste un plan. Je lui ai demandé de changer un plan de BB8 à la fin du film, quand Rey monte sur l’île. Je lui ai demandé si au lieu de BB8, ça pouvait être R2D2. J.J. Abrams a gentiment accepté.

Mark Hamill a déclaré s’être beaucoup interrogé sur ce qui est arrivé à Luke pendant les 30 années qui séparent Le Retour du Jedi et Le Réveil de la Force. Il aurait partagé ses idées avec vous. Pourriez-vous nous en parler ?

Rian Johnson : Mark avait plein d’idées ! C’était génial d’ailleurs. Je lui ai dit que l’on ne pourrait pas tout caser dans le film. Mais j’étais tout à fait d’accord pour parler de ce voyage, de ce qui lui est arrivé pendant tout ce temps. Surtout, je voulais que lui comprenne ce qu’est devenu son personnage car ça devait être bizarre pour lui. Il est tellement attaché à ce personnage de Luke Skywalker et je me voyais pas être le jeune con qui débarque en lui disant « Voilà le scénario, c’est comme ça et pas autrement ». Je pensais que ça l’aiderait qu’on travaille ensemble et qu’il puisse se réapproprier ce personnage.

Le film sera paraît-il le plus long de la saga. Qu’en est-il ?

Rian Johnson : En effet, ce sera le plus long à ce jour. Il fera 2h30 générique inclus. C’est tout simplement la durée qu’il fallait. Je ne pense pas qu’il soit « long » à regarder. J’espère que vous trouverez aussi que c’était la bonne durée.

VIDÉO : la rencontre avec Rian Johnson

Il y a plein de théories farfelues sur internet, quelle est celle que vous avez lu qui vous a le plus fait halluciner ?

Rian Johnson : Je les lis toutes ! Il y en a une… Ma préférée concernait le méchant Snoke. Quelqu’un disait que dans L’attaque des Clones, on voit Anakin en train de manger avec Padmé. Il coupe un fruit en deux. Quelqu’un a pris une photo de ce fruit coupé, il l’a mis à côté d’une photo de Snoke avec ses cicatrices en disant : « Voilà, j’ai tout compris ! C’est l’origine de Snoke ! » J’étais dégouté car je me suis dit qu’il fallait que je reshoote tout le film pour correspondre à cette théorie géniale !! (rires)

La deuxième trilogie a t-elle eu une influence sur vous et votre travail ?

Rian Johnson : Tout est lié. Tout est une grande saga. J’aime la relation que les jeunes fans ont avec cette trilogie. Ca ressemble à la relation que les gens de ma génération ont avec l’ancienne.

Réaliser un Star Wars est une aventure incroyable de tous les jours. Un jour en particulier vous a marqué à jamais sur ce tournage ?

Rian Johnson : Oui, un jour mais qui n’était pas un jour de tournage. Je travaillais avec John Williams et on enregistrait l’ouverture du film. Il y avait un orchestre de 100 personnes devant moi et être là, entendre cette musique qui traverse vos os en direct, avec John Williams aux commandes, c’était indescriptible. Surtout après un tournage pareil. C’était le summum.

Il y a une pression dingue quand on réalise Star Wars, non ? Pression pour vous et pression des fans…

Rian Johnson : Pour moi, le stress a commencé quand on a terminé le film en fait. Sur le tournage, j’étais dans ma bulle mais après, le décompte a démarré. J’ai peur mais je suis fier du film. Je suis fan moi-même depuis 40 ans et je ne veux pas décevoir les fans.

Avez-vous reçu des conseils de George Lucas ?

Rian Johnson :J’ai eu une longue conversation avec George Lucas mais c’était plus de façon générale car il n’était pas sur le tournage au quotidien. C’était une discussion sur tout. Mais pour moi, ce moment était formidable car j’ai fait la même école de cinéma que lui en Californie du sud et il était très lié à cette école.

L’histoire a t-elle changé entre la première version du script et le résultat ? Avez-vous fait marche arrière sur certaines choses par peur des fans ?

Rian Johnson : La base non. Après, il y a forcément des détails qui ont changé en cours de route. Et je n’ai rien changé par rappoort aux fans car je sais que chaque fan a ses propres attentes et des choses qu’il n’aimera. Moi le premier. Le seul truc qui fédère tout le monde, c’est l’envie de voir un bon film. Et pour ça, j’ai décidé de me faire confiance en tant que fan moi-même.

On n’a pas encore parlé de Carrie Fisher. Vous avez été le dernier à la filmer. Comment s’est passée cette collaboration ?

Rian Johnson : (très ému) C’était tellement triste de l’avoir perdu. Mais ce fut un bonheur d’avoir pu travailler avec elle sur ce film. Vous verrez, sa performance est incroyable. J’espère que les fans pourront faire le deuil de Leia mais aussi de l’actrice qu’elle était. Je pense que certaines scènes vont toucher les gens.

Autre légende, Harrison Ford. C’est pas un peu frustrant pour un fan de Star Wars comme vous, d’arriver sur la saga au moment où Han Solo vient de la quitter ?!

Rian Johnson : Un peu évidemment. Mais pour tout vous dire, quand j’étais gamin, j’étais plus connecté avec Luke qu’avec Han Solo. Han Solo était le personnage hyper cool et drôle… et je n’étais pas drôle moi ! Luke était le personnage pas très cool, qui travaillait dans sa ferme et qui rêvait d’aventures sans savoir comment en vivre une. Et je me sentais plus proche de ça. Donc j’étais très content de travailler avec Mark Hamill surtout.

VIDÉO : Rian Johnson parle de Carrie Fisher & Han Solo

Question sur les créatures, notamment les Porgs, la nouvelle créature chouchou du film. Dans l’histoire de Star Wars, il y a souvent eu des créatures qui ont été rejetées par les fans. Les Ewoks ont eu du mal à s’imposer, Jar Jar Binks a déplu. Avez-vous eu peur avec ces Porgs ?

Ram Bergman (le producteur) : Pas du tout. Quand on les a sorti sur le tournage, tout le monde s’est jeté dessus et tout le monde en voulait un chez lui ! On a su tout de suite que ça allait marcher.

Une question sur les caméo. On sait que dans Le Réveil de la Force, Daniel Craig a joué un Stormtrooper. Il paraît que dans Les Derniers Jedi, les Prince Harry et William ont joué des stormtroopers. C’est vrai, il y en a d’autres à prévoir ?

Rian Johnson : Je ne peux rien confirmer, désolé ! Mais je peux vous garantir que tout le monde veut être un stormtrooper jusqu’au jour où il enfile un costume de stormtrooper. C’est une torture ce costume à porter ! On a un caméo que je peux vous révéler. Le réalisateur Gareth Edwards (Rogue One) fait une apparition dans le film. Moi-même, j’avais un petit rôle dans Rogue One. Je jouais celui qui tire sur l’étoile de la mort. Je savais que je serai pas coupé car on a toujours besoin du plan du me qui tire ! (rires)

Que pensez-vous avoir apporté de vos précédents films et Breaking Bad, sur Star Wars ?

Rian Johnson : Sur Breaking Bad, je suis arrivé sur le tournage en me disant que je ne pouvais rien dire à quelqu’un comme Bryan Cranston car il connaissait déjà son personnage par cœur. Et je suis trompé. Il savait ce qu’avait fait son personnage mais il attendait que je le guide sur vers où il allait. Ici, c’est pareil. Les comédiens connaissaient leurs personnages mais c’était à moi de les amener vers de nouvelles directions.

 

Merci à Rian Johnson, Disney France, Arnaud et l’agence Heaven


Propos recueillis et traduits par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.