I LOVE YOU, MAN (critique)

Partagez cet article

Mondo-mètre :

Carte d’identité :
Nom : I Love You, Man
Père : John Hamburg
Livret de famille : Jason Segel (Sydney), Paul Rudd (Peter), Rashida Jones (Zooey), Jamie Pressly (Denise), John Favreau (Barry), Andy Samberg (Robby), J.K. Simmons (Oswald), Lou Ferrigno (lui-même)…
Date de naissance : 2009
Nationalité : États-Unis
Taille/Poids : 1h45 – 40 millions $

Signes particuliers (+) : Un super duo complice et ça se sent. De bonnes idées et un script qui cerne bien son sujet.

Signes particuliers (-) : L’humour a de la peine à décoller et le film a trouver son originalité, devenant au final très commun voire quelconque.

 

NON, CE N’EST PAS UN PORNO GAY…

Résumé : Peter Klaven est le petit ami idéal, tendre, attentionné, ami avec les copines de sa compagne. Mais au moment de se marier, il se rend compte qu’il n’a aucun ami masculin, aucun « pote ». Il se met en quête…

Scénariste de comédies à succès de Zoolander à Polly et moi en passant par la série des Mon beau-père et…, John Hamburg signe ici sa seconde réalisation après le précédemment cité Polly et Moi.

Comédie à la mécanique et à l’écriture assez simple et conventionnelle, I Love You Man est typiquement le genre de film qui s’illustre par la célèbre sentence : « ça se regarde ». Car oui, dans l’idée, I Love You Man se regarde sans déplaisir mais sans toutefois marquer, s’oubliant aussi facilement qu’il s’est vu comme une comédie trop sage et classique ne sortant que trop rarement de son canevas. Reste un duo de comédiens qui montre une belle complicité qui s’est d’ailleurs largement vérifiée lors des diverses prestations télévisées pour la campagne promo du film.

Bande-annonce :

AVEZ-VOUS VU ? :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.