ET LA FEMME CRÉA HOLLYWOOD de Clara et Julia Kuperberg : la critique du film
Diffusion télé / Festival de Cannes

Partagez cet article

Et La Femme Créa HollywoodMondo-mètre
note 4 -5
Carte d’identité :
Nom : Et La Femme Créa Hollywood
Mères : Clara & Julia Kuperberg
Date de naissance : 2015
Majorité : 20 & 22 mai 2016
Type : Diffusion TV
Nationalité : France
Taille : 52 min. / Poids : NC
Genre : Documentaire, Cinéma

Signes particuliers : Un documentaire passionnant revenant sur un « détail » oublié de l’histoire du cinéma, articulé avec un présent trop souvent passé sous silence.

Diffusion le vendredi 20 mai à 22h35 et rediffusion le 22 mai à 13h00 sur OCS Géants

LA FEMME EST LE PASSÉ ET L’AVENIR DE L’HOMME

LA CRITIQUE

Résumé : Un documentaire de 52 minutes, retraçant l’histoire de ces femmes pionnières du cinéma, oubliées de l’histoire. Elles étaient réalisatrices, scénaristes, ou encore costumières et  ont joué un rôle crucial dans la création d’Hollywood.Et La Femme Créa Hollywood_3L’INTRO :

Les femmes qui ont participé à créer Hollywood à ses tous débuts… Voilà un sujet très spécifique qui pourrait paraître peu intéressant comme ça, de premier abord. Sauf que derrière le documentaire Et La Femme Créa Hollywood, on retrouve ni plus ni moins que les sœurs cinéphiles Kuperberg, Julia et Clara pour les nommer. Et avec ce duo qui a déjà mainte et mainte fois prouvé sa valeur dans l’exercice du documentaire sur le cinéma, on ne pouvait être sûr que d’une chose : la balade dans l’histoire du septième art serait encore une fois passionnante ! Qu’elles nous parlent d’Orson Welles, du film noir américain ou de la censure à Hollywood, Clara et Julia Kuperberg parviennent toujours à capter notre attention avec leurs documentaires cinéphiles desquels transpire leur passion infinie pour le cinéma. Et La Femme Créa Hollywood, leur petit dernier, ne fait pas exception à la règle. Toujours raconté avec cet esprit ludique, mêlé à une volonté de pénétrer en profondeur au cœur de leur sujet et une réelle intelligence dans la façon de l’aborder, le tandem régale une fois de plus, ravivant des souvenirs de choses que l’on connaît vaguement ou pas, les illustrant avec des images d’archives aussi rares qu’incroyables, et nous permettant d’en apprendre encore beaucoup. De quoi épater bien des historiens parmi les plus calés. Une fois n’est pas coutume, notre soif de connaissances sur la fascinante histoire du septième art est étanchée avec un nouvel effort captivant.Et La Femme Créa Hollywood_4L’AVIS :

Le cinéma est vraiment une industrie à part. Et s’il y a bien un point sur lequel brille sa marginalité, c’est à n’en pas douter le rôle tenu par les femmes dans son histoire. Les études sur les femmes dans le monde du travail n’ont de cesse de se multiplier à l’heure où l’on parle de plus en plus d’égalité des sexes et, plus précisément, des problèmes de parité hommes/femmes. Il est étonnant de découvrir que le cinéma n’a pas fait les choses comme tout le monde. Au début du XXème siècle, alors que l’on pourrait croire que les femmes étaient complètement absentes de ce monde naissant, quelle n’est pas notre surprise de découvrir que c’était alors tout l’inverse. Oui, les femmes ont (presque) fait Hollywood ! Mais contrairement aux autres industries voisines, leur place ne s’est pas développée avant le temps, avec la libéralisation et la bataille contre les inégalités. Dans le cas du cinéma, la place de la femme a… reculé. Et de quelle manière. Il y avait plus de femmes actives dans le monde du cinéma avant les années 20 que dans tout le reste de son histoire ! Et elles étaient parfois même plus payées que les hommes ! C’est bien simple, la moitié des films produits avant 1925 était écrits par des femmes. Pour comparaison, sur les 250 plus gros films de l’année 2015, 6% seulement ont été réalisés par des femmes, 10% ont été écrits par des femmes, et 12% ont été montés par des femmes. Comment expliquer ce revirement aux allures de récession sociale ? Pourquoi ? C’est à cette question que Et La Femme Créa Hollywood va répondre, en sillonnant le passé pour mieux mettre en exergue un réel problème actuel au sein de l’industrie du cinéma, sans doute la plus inégalitaire dans le rapport hommes/femmes.Et La Femme Créa Hollywood_5Elles s’appelaient Dorothy Azner, Mabel Normand, Lois Weber, les sœurs Morra, Frances Marion, Mary Pickford… Si cette dernière est davantage connue pour avoir été aussi une célèbre actrice du muet, pourquoi toutes les autres, toutes ces pionnières du septième art, ont-elle été complètement oubliées par l’histoire, reléguées dans l’ombre des David W. Griffith, Charlie Chaplin, Clarence Brown, Mack Sennett, Frank Borzage et autre Raoul Walsh ou Cecil B. DeMille ? Certaines sont devenues des célébrissimes Margaret Booth ou Anne Bauchens (deux monteuses de renom) dans les 30-40, mais la plupart ont disparu au lendemain du Krach de 1929. Si les femmes étaient très présentes derrières les caméras, à la production, à l’écriture ou à la réalisation, elles n’occuperont quasiment plus qu’une seule fonction par la suite, celle de stars sous les feux des projecteurs. Elles s’appelleront Ingrid Bergman, Lana Turner, Vivien Leigh, Elizabeth Taylor, Ava Garner, Rita Hayworth, Bette Davis ou Katharine Hepburn… Mais pourquoi cette disparition des « autres », des femmes créatrices ? Clara et Julia Kuperberg retraceront cette évolution à contresens, analyseront le pourquoi du comment, et l’explication de cette extinction fera terriblement sens.Et La Femme Créa Hollywood_2Rendant hommage à ces pionnières plein de talent et parfois de caractère, évoquant les Lilian Gish, les Alice Guy en France ou dressant le portrait d’une Dorothy Azner qui demeurera comme la seule femme réalisatrice de studio dans les années 30, Et La Femme Créa Hollywood est une plongée fascinante dans le lointain cinéma des débuts, agrémentée d’anecdotes aussi pertinentes que croustillantes à l’image de celle sur les origines du réseau de salles Balaban & Katz. On a oublié Mabel Normand alors qu’elle a appris le métier à Chaplin ! On a oublié que Mae West a été aussi une scénariste qui a même sauvé la Paramount de la faillite en plus d’avoir découvert et imposé un jeune acteur inconnu du nom de Cary Grant ! On a oublié que la grande Ida Lupino n’a jamais eu un amour fou pour le métier de comédienne et a su se démarquer en embrassant une remarquable carrière de productrice/réalisatrice. On a oublié l’ironie du destin tragique de Lois Weber… Bref, alors qu’il sera présenté prochainement à Cannes dans le cadre de la sélection officielle « Cannes Classics » avant une diffusion sur OSC Géants, Et La Femme Créa Hollywood vient confirmer une chose que l’on pensait déjà depuis un bon moment : les documentaires des sœurs Kuperberg mériteraient d’être montrés dans toutes les écoles de cinéma, car ils sont le moyen idéal pour en appendre l’histoire et ses nombreux recoins. Instructif, riche et vraiment très très intéressant !

Et la femme créa Hollywood – bande annonce from Wichita Films on Vimeo.

Par Nicolas Rieux

AVEZ-VOUS VU ? :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.