ELEVATOR (critique)

Partagez cet article

Mondo-mètre :

Carte d’identité :
Nom : Elevator
Parents : Stig Svendsen
Livret de famille : Anita Briem (Celine), John Getz (Henry), Tehmina Sunny (Maureen), John Slotnick (George), Shirley Knight (Jane), Christopher Backus (Don), Devin Ratray (Martin), Waleed Zuaiter (Mohammed), Rachel and Amanda Pace (Madeline)…
Date de naissance : 2011
Nationalité : États-Unis
Taille/Poids : 1h24 – 5 millions $

Signes particuliers (+) : Divertissant et correctement claustrophobique.

Signes particuliers (-) : Mineur et trop anecdotique. Un script trop sommaire. Des clichés sur-épais.

 

CLAUSTROBOMBOBIQUE

Résumé : Un groupe de personnes se rendant à une soirée dans un immeuble luxueux, se retrouve bloqué dans l’ascenseur. La tension palpable va s’accroître quand ils apprendront qu’une bombe a été posée. Les réactions de chacun vont être imprévisibles…

Elevator fait partie de ces petits films pseudo-horrifiques accrocheurs grâce à leur tagline simple, directe et efficace. Celle du modeste métrage du norvégien Stig Svendsen va à l’essentiel : huit personnes, un ascenseur, une bombe. Comment chacun va régir ? Le postulat est tout bête, le film a de grandes chances de l’être aussi, mais faut-il pour autant rechigner et bouder son plaisir devant un potentiellement petit thriller en huis clos ultra-claustrophique et tendu ?


Elevator ne brille pas par ses qualités scénaristiques et formelles. Reposant entièrement sur son script assez sommaire, le film de Svendsen accumule les défauts et carences évidentes : ficelles grosses comme des cordes, manque d’ambition et de finesse dans l’écriture pas toujours très inspirée, discours assez basique (les riches sont des enfoirés faisant leur beurre sur le dos des pauvres et les étrangers ne sont pas tous des terroristes), passages et réactions improbables, personnages aléatoirement développés, souvent très cons et clichés jouant sur les oppositions nourrissant les tensions à venir (la blonde, le claustro, le gros, le beau-gosse, la belle plante, le riche, les pauvres, une vieille, un enfant histoire de, un étranger, aussi histoire de…), certains sortant complètement de l’intrigue et des plans pendant de longues minutes (une prouesse vu qu’ils sont bloqués dans un ascenseur), comédiens de secondes zones… Pour autant, Svendsen s’en sort pas trop mal sans jamais ennuyer malgré la redondance logique des lieux et des situations. Plutôt divertissant sans pour autant être un bon film malin et intelligent à la Buried, Elevator fait passer sa petite soirée agréablement en compagnie d’un thriller très mineur mais potable.

Bande-annonce :

AVEZ-VOUS VU ? :

3 commentaires à propos de “ELEVATOR (critique)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.