Mondociné

VICTOR & CELIA de Pierre Jolivet : la critique du film

Partagez cet article
Spectateurs

La Mondo-Note :

Carte d’identité :
Nom : Victor & Célia
Père : Pierre Jolivet
Date de naissance : 2018
Majorité : 24 avril 2019
Type : Sortie en salles
Nationalité : France
Taille : 1h31 / Poids : NC
Genre : Comédie romantique

Livret de famille : Alice Belaïdi, Arthur Dupont, Bruno Bénabar…

Signes particuliers : Une comédie romantique joyeuse, lucide et bien balancée.

UN HOMMAGE À CEUX QUI TENTENT

LA CRITIQUE DE VICTOR & CÉLIA

Synopsis : Victor et Ben sont deux trentenaires qui rêvent d’ouvrir un salon de coiffure. Lorsque ce rêve tourne dramatiquement court, Victor convainc Célia, qu’il a connue lorsqu’ils étaient encore à l’école de coiffure, de le suivre dans l’aventure. Ensemble, ils vont se battre pour surmonter les obstacles… 

Après avoir rendu hommage au courage des pompiers qu’ils soient professionnels ou volontaires dans son excellent Les Hommes du Feu, Pierre Jolivet change de branche et parle cette fois-ci des… coiffeurs ! Clairement rien à voir. D’autant que Victor & Célia n’est pas à proprement parler une chronique sur le quotidien des salons de coiffure mais une comédie romantique qui exploite cet univers fait de règles et de cheveux, pour y ancrer une histoire d’amour balancée entre rires et émotion. C’est la première grande force du film, s’inviter dans un genre ultra-balisé et continuellement labouré en prenant soin de faire vivre son contexte plutôt que de se laisser porter uniquement par une romance comme on en aurait déjà vu dix mille fois. L’autre force de Victor & Célia, ce sont ses comédiens, souriants, attachants, convaincus par ce qu’ils incarnent. Le couple Arthur Dupont et Alice Belaïdi forme un duo qui fonctionne au sourire et à l’énergie, apportant une sucrette de capital sympathie pour napper le gâteau confectionné.

Au final, Pierre Jolivet signe un film gentiment anecdotique et pas toujours très bien raconté, mais qui carbure au charme et à son univers. Car en définitive, le plus intéressant dans Victor & Célia, ce n’est pas tant la petite romance guillerette mais le décorum et le commentaire sociétal. A travers sa romcom, Jolivet de rendre hommage cette fois non pas aux coiffeurs en particulier, mais aux auto-entrepreneurs en général, à tous ces gens qui ont le courage de prendre leur vie en main et d’entreprendre, de se lancer face à l’adversité dans un combat professionnel rempli de paperasses et de galères, avec le risque de tomber, de se relever, de retomber, mais de continuer à lutter dignement. Une comédie romantique sympathique et pas si simplette qu’elle n’en a l’air, mais qui manque cruellement de mordant pour convaincre pleinement.

BANDE-ANNONCE :

Par Wilfried Rennahan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Close
Première visite ?
Retrouvez Mondocine sur les réseaux sociaux