C’EST TOUT POUR MOI de Nawell Madani : la critique du film
sortie cinéma

Partagez cet article
1 vote

[Note spectateurs]


Carte d’identité :
Nom : C’est tout pour moi
Mère : Nawell Madani
Date de naissance : 2017
Majorité : 29 novembre 2017
Type : Sortie en salles
Nationalité : France
Taille : 1h43 / Poids : NC
Genre
: Comédie

Livret de famille : Nawell Madani, François Berléand, Mimoun Benabderrahmane…

Signes particuliers : Une agréable surprise.

NAWELL MADANI SE LA RACONTE

LA CRITIQUE DE C’EST TOUT POUR MOI

Résumé : Depuis toute petite, Lila veut devenir danseuse, n’en déplaise à son père. Elle débarque à Paris pour réaliser son rêve… Mais de galères en désillusions, elle découvre la réalité d’un monde qui n’est pas prêt à lui ouvrir ses portes. A force d’y croire, Lila se lance dans une carrière d’humoriste. Elle n’a plus qu’une idée en tête : voir son nom en haut de l’affiche, et surtout retrouver la fierté de son père. 

Débarquée de Belgique dans l’espoir de devenir danseuse, Nawell Madani a connu bien des galères à Paris avant de trouver une brèche dans laquelle s’engouffrer pour percer. Si la voie de la danse n’a pas fonctionné, c’est finalement dans l’humour que la jeune femme a pu rebondir, se faire un nom, et se construire doucement une petite carrière. Révélée par le Jamel Comedy Club, Nawell Madani a toujours cru en elle, elle s’est accrochée et y est arrivée. Avec C’est tout pour moi, titre chargé de références à la fois personnelles et au monde du stand-up (c’est par cette courte phrase que chaque artiste conclue une performance), l’humoriste belge écrit, réalise, interprète, et raconte son parcours entre épisodes authentiques et péripéties fonctionnalisées, signant au final une dramedy qui se veut surtout un récit inspirant sur la réalisation de ses rêves et la nécessité de croire en soi.

Quand on ne connaît pas la biographie de Nawell Madani sur le bout des doigts, difficile de faire la part du vrai et du faux. Pour la faire courte, la jeune femme n’a jamais mis les pieds en prison, son père n’est pas veuf, mais elle a bien été cette battante qui a atterri à Paris avec des rêves hauts comme la Tour Eiffel, cette battante qui voulait être danseuse avant de se retrouver dans un « club » de stand-up bien connu, cette jeune femme idéaliste qui s’est pris des coups, a dormi dans sa voiture, mais n’a eu de cesse de s’accrocher jusqu’à trouver sa voie. Sauf que finalement, on s’en fiche un peu de savoir que Madani revisite son histoire en injectant beaucoup d’imaginaire. Car au fond, en allant voir C’est tout pour moi, on ne se déplace pas pour voir un « biopic » sur la jeune humoriste belge, mais pour rire devant une comédie entraînante et pleine de pep’s. Et sur ce point, ce premier long-métrage de Nawell Madani remplit parfaitement son cahier des charges. Tour à tour drôle, piquant ou émouvant, C’est tout pour moi ne manque pas de fraîcheur, cette même fraîcheur que l’on vient chercher dans l’univers du stand-up qu’elle met en lumière, alors qu’il a été pour elle, le tremplin vers la notoriété. Si le résultat manque parfois d’un brin d’humilité dans sa démarche et si l’évolution de la success story n’est pas toujours très crédible, C’est tout pour moi est une comédie sympathique et attachante dans laquelle l’humoriste adapte les bases du stand-up au cinéma. Quand on monte sur scène, le meilleur moyen pour faire rire, c’est de parler de ce que l’on connaît, de ce que l’on observe dans la vie de tous les jours. Désireuse de franchir le cap du grand écran, Madani a choisi sa vie. C’était le chemin le plus court vers le rire, et ça a fonctionné.

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.